Une vie tumultueuse 6#

Épisode 6 : colère d’ une mère

En classe de CM2, je ne fournissais pas de grands efforts pour me frayer un chemin dans le top 10 ou 15 de la classe. L’essentiel pour moi était d’avoir juste la moyenne et aller en classe supérieure. C’est donc dans cette ambiance bon train que je vivais mon Cours Moyen deuxième année. Élève beaucoup turbulent, j’étais crains de tous mes amis.
Un jour d’école, je fis une farce à ma voisine qui n’ayant pas apprécié alla le dire à M Gris en y ajoutant de l’exagération.
Ah le fameux M Gris ! Notre instituteur ! C’était un monsieur très coléreux et par moment de mauvaises humeurs. Ayant déjà battu certains de mes condisciples par ce qu’ils ne connaissaient pas leur leçon, je savais ce qui m’attendait après que Jocelyne, ma voisine, lui ai raconté ma farce.
Il me fit appel et au moment de lui donner ma version des faits, me frappa à deux reprises avec un tuyau qui lui servait de chicotte. Étant insensible à sa chicotte, monsieur s’énerva et prit deux ardoises en caoutchouc qui se trouvaient sur la table des élèves les plus proches et me rouait de coups. Comme je me protégeais le visage, ce sont mes mains et d’autres parties de mon corps qui receptionnaient ces coups. Il décida finalement d’abréger mes peines quand j’eclatai en sanglots.

Mes larmes étaient un trésor que je gardais jalousement. J’avais donc très honte à l’idée de savoir que mes amis d’école m’avaient vu pleurer.
Je m’assis à ma place, la face contre terre, jusqu’à ce que retentisse la sonnerie qui indiquait 12h. J’attendis que la classe soit complètement vide avant de me résoudre à emprunter le chemin de la maison.

Lorsque maman revint du marché , elle me trouva endormi sur le divan. Ce qui était inhabituel. J’étais amoché. J’avais même pas eu la force pour déjeuner. Elle me réveilla et je lui expliquai tout ce que j’avais subi en lui montrant toutes mes blessures. Elle me demanda d’aller à l’école après qu’elle m’ai administrée quelques soins et donner à manger.

J’arrivai le premier en classe et je m’assis encore face contre terre. La honte n’avait toujours pas disparu.
Certains élèves à ma vue, riaient de mon mal être jusqu’à ce que vienne l’heure du début des cours. Je ne prenais pas de notes et j’étais toujours dans la même posture.
Une heure plus tard, nous entendîmes des cris qui plus se rapprochaient me semblaient familiers. C’était maman et elle était irritée.
Vêtue d’un t-shirt, un survêt et un pagne qu’elle avait nouer à la hanche, elle fit un tour chez la secrétaire qui était son amie puis prit les escaliers pour se rendre chez le directeur.
Maman fit un scandale et non des moindres. En effet, elle n’était pas contre le fait qu’un élève soit puni mais souhaiterait que la tête soit épargnée des coups. Pour elle, la paume des mains, les fesses et les mollets sont les endroits les plus appropriés pour la correction d’un enfant.
Quand elle finit de discuter avec le directeur, elle prit la direction de ma salle de classe. Après les salutations, elle demanda à vouloir discuter avec M Gris. Le directeur ayant su qu’elle était en colère vint à temps et empêcha maman de saisir l’instituteur par les cols quand celui ci fit presque hors de la salle. Elle était toute agitée et elle lança avec un air menaçant qu’elle allait dénoncer l’instituteur au conseil pédagogique des enseignants.
Ce dernier étant tout ouïe à ce qu’il venait t’entendre s’agenouilla et présenta ses excuses à ma mère. Elle les accepta mais souhaiterait que cela ne se reproduise guère.
Puis elle finit par rentré , j’étais tellement content et fière de voir Mère prête et apte à me protéger de toute ses forces que mon cœur s est remplit d amour d avantage à son égard et de chaleur .

Bonne lecture famille une mère protège farouchement son enfant

Laisser un commentaire